Macron invite Donal Trump au Forum de la Paix. Tract du Collectif NGNEG pour la manifestation de dimanche 11

Quelles leçons de paix Macron et Trump peuvent-ils donner, eux qui n’ont cessé de propager la guerre ?

Article mis en ligne le 8 novembre 2018
dernière modification le 9 novembre 2018

par Collectif
Imprimer logo imprimer

Contre l’ensauvagement de l’Europe

Le 11 novembre, Emmanuel Macron invite Donald Trump, à venir parler au Forum pour la Paix afin de définir « la nouvelle gouvernance d’un monde sans guerre ». Ces éminents spécialistes de la paix recevront le concours d’autres experts, Netanyahu, Mohammed ben Salma, Erdogan, Merkel, Poutine, etc.
Pour ces dirigeants, la paix c’est la paix des cimetières, ceux qu’ils laissent à Mossoul, Alep, Gaza, Raqqa, au Yémen. Ils verseront une larme de crocodile sur les dix-huit millions de tués de la guerre de 14-18 (et autant de mutilés).
Nous, notre cœur saigne parce que nous sommes les enfants de ces « soldats aveugles perdus parmi les chevaux de frise ». Eux sont les héritiers des Krupp et des Schneider qui ont jeté les uns contre les autres les ouvriers et les paysans d’Europe. Ils sont les héritiers de Clemenceau, Pétain, Foch, Guillaume II, Hindenbourg.
Hier, ils auraient fait comme eux, jetant à profusion bombes et gaz moutarde. Aujourd’hui ils lancent des missiles et répandent le phosphore blanc dans des guerres qui ont fait depuis 1945 autant de morts que la boucherie de 14-18. Mais le terrain de leur œuvre de mort est en Asie, en Afrique et au Moyen Orient.
Aussi, cette journée sera pour nous celle du souvenir des centaines de milliers de Noirs et d’Arabes que les gendarmes français conduisaient au front la baïonnette dans le dos, celle des fusillés pour l’exemple et des mutins de 1917 qui n’ont pas leurs noms sur les monuments, des milliers de soldats russes en France qui ont formé des soviets et mis crosse en l’air et que Pétain a bombardés en 1917 à Courtine, des Kanak qui ont pareillement refusé de partir à la guerre impérialiste.
Ce sera le souvenir des peuples qui se sont soulevés en 1917 en Russie et en 1918 en Allemagne, ont fraternisé par-delà les tranchées qui crucifiaient l’Europe et ont ainsi mis fin à la guerre.
Ce sera le souvenir des internationalistes, qui proclamaient « guerre à la guerre, guerre des exploités contre les exploiteurs, paix entre les peuples ».
Ce sera le souvenir de Karl Liebknecht qui rappelait : « l’ennemi principal est à la maison ».

Ces souvenirs nourrissent notre conviction qu’il faut combattre toutes les interventions impérialistes à commencer par celles de la France.
Quelles leçons de paix et de démocratie l’Etat français peut-il donner alors qu’il a ravagé la Libye, qu’il bombarde les villes d’Irak et de Syrie, qu’il est le principal fournisseur d’armes d’une Arabie Saoudite plongeant le Yémen dans la destruction et la famine, que son armée se promène dans le sud Sahel comme chez elle, qu’il maintient sous sa coupe des colonies des Caraïbes à la Kanaky, et sous le joug du franc CFA ses anciennes possessions d’Afrique ?
Derrière ces méfaits, il y a des réalités aussi simples qu’écrasantes mais dont les noms sont tus : zinc, gaz, pétrole, étain, or, uranium, Total, Areva, Vilgrain, Bolloré, Vivendi…
Quel discours de paix Macron peut-il donner alors qu’il augmente le budget militaire, modernise l’arme nucléaire, veut façonner une Europe de la défense pour la tourner vers la guerre à l’Est ?
Combien de temps accepterons-nous que ces destructions et ces pillages des autres peuples, qui amènent quelques commodités à la France, se payent au prix fort, là-bas en premier lieu, mais ici aussi par l’affaiblissement de la démocratie, le développement du racisme, des courants fascistes, des menaces de guerre généralisée et, en fin de compte, par « l’ensauvagement de l’Europe » comme l’annonçait Césaire ?
Il est temps de se souvenir qu’un peuple qui en opprime un autre ne saurait être un peuple libre et que la construction d’un mouvement large et durable contre la guerre est plus que jamais nécessaire.

Collectif Ni guerres ni état de guerre
Contact : Antiguerre@riseup.net
Site web http://www.collectifantiguerre.org/
https://www.facebook.com/Collectif-ni-guerres-ni-etat-de-guerre

« Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au Viet-Nam une tête coupée et un œil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées, de tous ces prisonniers ficelés et « interrogés », de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. »

Aimé Césaire, Discours sur le colonialisme, 1950

Téléchargements Fichier à télécharger :
  • version_2_projet_tract_ngneg_11_novembre.docx
  • 14.7 ko / Word
Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.16